Vive les lits chauffants

Si j’ai passé un mois en Chine, je n’ai pas, pour des raisons familiales, pu visiter beaucoup d’endroits différents. Mes anecdotes sont donc à prendre telles quelles, ce sont des impressions qui ne reflètent pas forcément la réalité du pays…

Dans certaines campagnes du nord de la Chine, le lit chauffant est de mise. Plus qu’une question de confort c’est le système traditionnel de chauffage. Pour faire simple, les kangs sont des lits durs se présentant comme une plateforme d’une 40 de centimètre de haut dans la chambre ou la pièce de vie. Fabriqués en briques, ils sont creux et constituent un circuit en zigzag dans lequel circule la fumée de l’âtre avant de s’échapper par la cheminée. La température extérieure, étant très basse, la circulation à travers les conduites, même horizontales, est très bonne. Dans le pire des cas, un extracteur en fin de circuit aide la fumée à s’échapper. J’ai réalisé le petit schéma ci-après d’après ce que j’en ai compris du fonctionnement, mais, n’étant pas allé jusqu’à démonter les murs, je ne vous garantis aucunement l’exactitude de tout ça…

 

L’âtre de la cuisine dispose de deux corps de chauffe permettant soit de chauffer les kangs soit de chauffer le mur ainsi que l’eau du circuit de radiateur des autres pièces. En été, il suffit d’obstruer une partie du conduit pour que la fumée s’échappe directement sans chauffer la maison. En hiver, malgré une température en dessous de -20 °C la nuit, avec peu de bois, la température de deux chambres atteint sans difficulté les 20 °C.

Pour le couchage, la plateforme est recouverte d’une natte, en laine de mouton par exemple, qui remplace le matelas et l’on utilise des couvertures dessus, comme en France. Pour l’anecdote, dans un lit à deux places, chacun a son édredon personnel ! En roulant l’ensemble, on peut dégager une partie de la surface pour s’y installer comme on le ferait sur un canapé ou même y manger.

5 réflexions au sujet de « Vive les lits chauffants »

    1. Bien vu ! Je l’ai fait avec Google Sketchup avec des petites textures qui vont bien (fournies) et un traitement pour ajouter l’ombre. Je l’ai ensuite envoyé dans un de mes logiciels favoris, OmniGraffle, pour ajouter les petites bulles ombrée et fait un export propre en PNG.

    1. Sketchup fonctionne sur le principe de l’extrusion : tu traces un forme 2D et tu l’étire (enfin, tu l’extrudes) pour en faire un volume 3D, un fois que tu as compris le principe, ça marche tout seul. De ce principe, par exemple, tu peux dessiner un dougnut en étirant un dique sur un cercle..

      L’autre principe fondateur et le traitement des faces visibles : les volumes sont creux. C’est un peu déroutant parfois mais il ne faut pas oublier que l’objectif de cet outil et de créer une impression de 3D rapidement et non pas de faire de 3D technique avec RDM etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.