Archives du mot-clé Photos

Photos

DMW-GMC1 – Le complément Macro de Panasonic

En 2012, Panasonic à sorti un ensemble de lentilles de conversion pour l’objectif « pancake » 14-42mm Vario PZ à monture µ4/3. Quatre sont actuellement disponibles : macroscopique, fisheye, grand angle et prolongateur de focale. Après plusieurs mois d’hésitation, je me suis laissé tenté par la lentille de conversion macro.

Mettons les points sur les i, vous ne considérerez pas le DMW-GMC1 comme un authentique objectif Macro si vous cherchez un taux de reproduction de 1:1. Pour cela, il faudra vous tourner vers le 45mm Macro Leica de Panasonic qui coûte plus de 600 €. Avec cette lentille supplémentaire, vous aurez un taux de reproduction de 1:3 mais pour un coût bien bien moindre : une centaine d’euro. Considérez plutôt cette lentille ajoute plutôt à votre µ4/3 la fonction macro que vous aviez sur vos ancien compacts. En bref, elle ne vous servira à rien pour prendre un clichés, de loin, d’un insecte en plein vol mais elle vous rendra de nombreux services sur des sujets proches et plus statiques.

Cliquez pour un drop à 100%
Cliquez pour un crop à 100%

L’installation du DMC-GMC1 sur le 14-42mm est assez bien pensé. L’adaptateur se visse sur l’objectif et ajoute une petite baïonnette en plastique sur laquelle placer la lentille. Il est alors très facile de le mettre ou de d’hôte de votre appareil. D’une épaisseur de 6 mm une fois montée sur l’objectif, vous pouvez la laisser à demeure dessus. Comme la plage de netteté de ce complément et comprise entre 16 et 26cm (14 et 23cm monté sur le 14mm), vous serez heureux de pouvoir l’installer très rapidement.

Enfin, le petit truc que j’adore, en plus de la très bonne qualité du rendu photo, c’est le petit look rétro qu’il donne à mon GX1. Par contre, s’il est beaucoup moins cher qu’un vrai objectif macro, je trouve regrettable qu’à 100€ le fut en métal avec trois lentilles, Panasonic ne se donnes pas la peine d’y joindre un petit étui !

GX1

iPhoto et Aperture unifiés !

Vu de loin, ce n’est pas grand-chose, mais, avec le dernier lot de mises à jours, il est possible de fusionner sa bibliothèque de photos iPhoto (version 9.3 mini) avec celle d’Aperture (version 3.3 mini). Certes, le public utilisant iPhoto et Aperture de concert est restreint, mais ça peut arriver. Dans mon cas j’ai besoin des deux car iPhoto me sert pour certains articles de Compétence Mac et Aperture et mon outil de gestion de photo préféré. Utiliser les deux permet par ailleurs de profiter des deux mondes : les fonctions avancées d’Aperture pour le développement de RAW et les accessoires pratiques d’accès d’iPhoto avec ses outils de diaporama ou de commande de carte postale par exemple.

Pour procéder à la fusion des deux, c’est très simple. Commencez par vous assurer qu’iPhoto est bien fermé puis ouvrez Aperture. Dans le menu Fichier | Importer | Phototèque, sélectionnez votre bibliothèque iPhoto (généralement localisée dans ~/Images). Aperture importe alors toutes le contenu d’iPhoto ce qui peu prendre pas mal de temps… Une fois cette opération terminée, la bibliothèque d’Aperture regroupe les photos d’origine du logiciel professionnel et celles d’iPhoto.

Fermez maintenant Aperture et lancez iPhoto, en cliquant sur son icône maintenez la touche [alt] enfoncée pour ouvrir le sélecteur de bibliothèque. Sélectionnez votre bibliothèque Aperture dans la liste et cliquez sur Choisir. À partir de ce moment, iPhoto s’ouvrira toujours avec la bibliothèque d’Aperture qui — grâce à l’étape précédente — contient bien toutes vos photo.

Le sélecteur de bibliothèque d'iPhoto

Vous pouvez maintenant supprimer votre bibliothèque de photo iPhoto. Vous ne pourrez pas lancer Aperture et iPhoto en même temps, mais les modifications effectuées sur l’un seront visibles (et modifiables) sur l’autre. Cependant chacun garde sa propre organisation : vous retrouverez vos bibliothèques en ligne comme Flikr ou Facebook, vos visages et vos lieux, mais la structure des albums et des dossiers ne sera pas unifiée.

SVM Mac n°232 novembre 2010

Deux petits papiers dans le denier SVM Mac :

  • Comment conserver un objet en couleur dans une photo noir et blanc avec Photoshop Elements 9 (page 71)
  • Un petit mot sur la version iPhone de OmniFocus (page 98)

J’avais aussi proposé un autre article qui n’a pas été publié, ça viendra peut-être dans un prochain numéro. Il faut souligner que l’actualité de novembre, à l’approche des fêtes, est un peu chargée : Office 2011, iOS 4.2 pour iPad, nouveaux produits, etc.

Café croquis géant

Dimanche 19 septembre, j’ai participé à une expérience touristique. Rien de transcendantal, mais l’idée mérite d’être promue ! Les Expériences Touristiques sont les produits d’une petite entreprise rochelaise qui donne un regard nouveau sur le tourisme, loin des clichés habituels en se détournant des routes à grande fréquentation pour se laisser aller sur les chemins herbeux (oui, je suis un peu lyrique là).

De bien jolies couleurs

Donc, en bref, dimanche dernier, l’idée était d’arriver les mains dans les poches à l’estrade de Voiles de Nuit, face au port puis de se faire offrir une petite Ricorée avant de se voir confier papier et crayon pour dessiner ce que l’on voit on ce que l’on a envie de dessiner. Et bien, c’était sympathique de se retrouver à une petite centaine de dessinateurs amateurs et je ne suis pas top déçu de ma prestation. Je croyais que je ne savais pas dessiner du tout, mais, finalement, mon cas n’est pas désespéré !

(Désolé, je n’assume pas mes oeuvre au point de vous le mettre ici)

Photographier un feu d’artifice

Pour ceux qui sont arrivés ici par hasard (= Google), vous n’êtes pas sur un blog de photographe alors, commencez plutôt par lire ceci.

Maintenant que j’ai ce qui se rapproche plus de l’appareil de mes rêves, un Pentax K-X, je me suis mis à la photo. La grande question du mois de juillet : comme s’y prendre pour photographier le feu d’artifice de la fête nationale ?

ISO 200 - f/16 - 5s

Tout d’abord, il y a les grands classiques, à savoir :

  • Arriver suffisamment à l’avance pour n’avoir personne devant (j’aurais pu faire mieux pour le coup)
  • Avoir un trépied sinon ce n’est même pas la peine de rêver
  • Utiliser le déclencheur à 2 secondes faute de télécommande

Pour le reste, il y a toute la variable de réglage manuel qui, a priori, dépend beaucoup de l’appareil photo. Je voulais juste prendre note de ce qui m’a le plus satisfait pour la prochaine séance : un ISO 200 donne mieux que le 100 ou le 400, les temps de pose qui vont bien ont été de 3 secondes (f/9 maxi) à 6 secondes (f/16), j’ai eu de bons résultats à 4 secondes aussi, mais je crois que ça dépend aussi de la couleur, et donc de luminosité, de la gerbe. Difficile de la connaître à l’avance, un peu d’expérience je devrais pouvoir me débrouiller avec un mode B.

ISO 400 - f/16 - 6s (trop lumineuse vue de près)

Enfin, un petit détail sur lequel je n’avais rien lu, mais qui change pas mal de choses, c’est le format de fichier. J’ai shooté en RAW+JPEG et je me suis rendu compte que le JPEG issu de la conversion du RAW par l’ordinateur avec Aperture 3 et non par le boîtier rendait mieux : couleur plus éclatante et ciel plus noir et plus uni. À l’avenir je le ferais en 100% RAW et je vous expliquerais comment faire un workflow pour la conversion avec Aperture.

[MàJ @ 02/08/2010] J’ai eu l’occasion de refaire des photos de feu d’artifice hier soir. En substance, les meilleurs réglages du K-X ont été les suivants : ISO 200, ouverture à f/16 avec un temps de pose de 3 ou 4 secondes. J’ai aussi eu de bons résultats en JPEG. Pour l’anecdote, la télécommande simplifie énormément le travail, mais j’ai eu beaucoup de ratés à cause des feuilles d’un arbre qui était dans le champ…